atelier Multimediatique.fr sur la stratégie marketing digital des PME-TPE

Atelier gratuit à Didaxis Paris le 26/04 : la stratégie marketing digital des PME/TPE/AE

Mettez le Web et les réseaux sociaux au service de votre marketing, sans stress et à moindre coût

Cet atelier animé par Nicolas Moisset, consultant en Marketing Digital (formation, audit, conseil, prestations), est ouvert à tous les indépendants. Vous y découvrirez entre autres les réponses aux questions suivantes :

  • Comment être visible sur Internet ?
  • Puis-je être autonome ?
  • Quel est le vrai coût du marketing digital et comment le réduire ?
  • Les réseaux sociaux sont-ils incontournables ?
  • Comment ne pas y consacrer trop de temps ?
  • Quel bénéfice commercial puis-je en attendre ?
  • Comment éviter les principales erreurs ?

Atelier gratuit et ouvert à tous les PME/TPE, indépendants et porteurs de projets.

Merci de répondre après votre inscription à ce très court sondage, afin de pouvoir optimiser le contenu de l’atelier en fonction de vos attentes.

Prochaines sessions:

Date : le 26/04/2017 à 09:30 | Durée : 2h30
Lieu : Didaxis, 12 rue Godot de Mauroy, 75009 PARIS (Mo Madeleine)
Intervenant : Nicolas Moisset

Oui, je veux participer à cet atelier

carte de visite tendue

Les règles pour bien choisir votre nom de domaine (3ème partie)

Choisir le meilleur nom de domaine pour votre futur site n’est pas une mince affaire. Je vous ai précédemment présenté les principales règles à respecter dans la première et la deuxième partie de cette série d’articles. Cependant, même si vous les avez toutes prises en compte, il peut y avoir un pépin.

J’en vois même trois possibles. D’abord, le cas où toutes vos bonnes idées créatives ont été prises. Avant de vous relancer dans un pénible second brainstorming, considérez la possibilité de changer tout simplement l’extension pour une un peu moins courue (le « .biz » quand le « .com » est pris, par exemple). Retournez donc jeter un œil à la liste disponible. Jouez éventuellement avec les tirets en en ajoutant entre les mots s’il n’y en avait pas, ou en les supprimant dans le cas contraire.

Deuxième pépin envisageable, le prix du domaine avec cette extension que vous trouviez si sympathique. Ainsi, le « .car » est aujourd’hui proposé à… 2300€ HT !!! Idem pour le « .protection ». Quant au « .makeup », passer une année avec lui vous coûtera la bagatelle de 5800€ HT. Si si. Eh oui, ça pique un peu au portefeuille, n’est-ce pas ?

Bien entendu, il s’agit de cas extrêmes, mais vous devrez parfois transiger sur l’originalité de votre extension ou du nom de domaine qu’elle permet. Considérez par exemple « b.io », avec pour objectif le site www.b.io ou tout simplement b.io. Il en coûterait 37€ HT par an. Si vous comptez réservez aussi des variantes (« legume-b.io », « legumes-b.io », « fruitsetlegumes-b.io »…), ça finit par faire beaucoup plus cher qu’avec un classique .fr.

Troisième pépin, le squatteur dans son droit. Vous vouliez choisir tout simplement le nom de votre entreprise, mais il existe un homonyme qui a eu l’outrecuidance de déposer le nom de domaine correspondant avant vous. C’est regrettable, mais à moins que vous n’ayez déposé la marque avant l’enregistrement de son domaine, vous n’y pouvez rien. Comme statistiquement l’impertinent officie probablement dans un autre secteur, vous devrez aussi lutter contre la confusion involontaire que cela va provoquer sur les moteurs de recherche. Je vous conseille tout simplement de préciser votre secteur d’activité dans le nom. Imaginons que votre entreprise s’appelle Dupont, et que vous ouvrez dans le transport de fret tandis que votre homonyme est dans la plomberie. www.dupont.fr est pris, tout comme www.dupont.com et ainsi de suite. Pourquoi ne pas déposer www.dupont-transports.fr ou www.dupont-fret.fr ?

De plus, afin de limiter la gêne pour vos prospects et les risques de perte d’opportunités avec ceux qui se lasseront de vous chercher, je vous suggère de vous entendre avec votre homonyme afin que chacun intègre sur sa page d’accueil une boîte du type « Vous cherchez l’entreprise de transports Dupont, cliquez ici » ou « Vous cherchez l’entreprise de plomberie Dupont, cliquez ici ».

Courage, ne traînez pas. Pour exister sur le Web, vous devez avoir un site et donc un domaine. A vos claviers.

 

créativité et marketing digital

Atelier gratuit à Poissy : construisez votre stratégie marketing Internet avec 3 experts

Quelle que soit la taille de votre structure ou de votre projet professionnel, il est clairement devenu aujourd’hui impossible de faire l’impasse sur le Web, les réseaux sociaux, les webinaires et autres outils du marketing digital. Or vous avez peut-être l’impression d’accuser un certain retard, mais vous ne savez pas par quel bout commencer.  Comment vous y mettre de façon pertinente, efficace, rapide et économique, c’est ce que nous vous proposons découvrir ensemble.

Cet atelier couvrira notamment le contenu suivant:

  • Découvrez comment éviter les pièges des idées reçues
  • Sachez identifier ce qui fonctionnera pour vous
  • Analyser les bénéfices concrets d’un site Web
  • Bien choisir et commencer efficacement avec les réseaux sociaux
  • Pas de stratégie digitale efficace sans contenu pertinent
  • Intégrez l’importance d’une stratégie de contenu

Il sera animé par les intervenants suivants:

Prochaines sessions:13

Date : le 27/04/2017 à 09:00 | Durée : 2h30
Lieu : Poissy Télétravail, 2 bd Robespierre, 78300 POISSY

Oui, je veux participer à cet atelier

atelier Multimediatique.fr sur la stratégie marketing digital des PME-TPE

Atelier gratuit à la MEF de Nanterre le 25/04 : la stratégie marketing digital des PME/TPE/AE

Mettez le Web et les réseaux sociaux au service de votre marketing, sans stress et à moindre coût

Cet atelier animé par Nicolas Moisset, consultant en Marketing Digital (formation, audit, conseil, prestations), est ouvert à tous les indépendants. Vous y découvrirez entre autres les réponses aux questions suivantes :

  • Comment être visible sur Internet ?
  • Puis-je être autonome ?
  • Quel est le vrai coût du marketing digital et comment le réduire ?
  • Les réseaux sociaux sont-ils incontournables ?
  • Comment ne pas y consacrer trop de temps ?
  • Quel bénéfice commercial puis-je en attendre ?
  • Comment éviter les principales erreurs ?

Atelier gratuit et ouvert à tous les PME/TPE, indépendants et porteurs de projets.

Merci de répondre après votre inscription à ce très court sondage, afin de pouvoir optimiser le contenu de l’atelier en fonction de vos attentes.

Prochaines sessions:

Date : le 25/04/2017 à 09:30 | Durée : 2h30
Lieu : Maison de l’Emploi et de la Formation, Cité des métiers, 2-6 Bis Avenue Vladimir Ilitch Lénine, 92000 Nanterre
Intervenant : Nicolas Moisset

Oui, je veux participer à cet atelier

Les règles pour bien choisir votre nom de domaine (2ème partie)

Elles sont nombreuses, et très importantes car ce choix aura d’importantes implications sur votre activité. Et aussi parce qu’en changer plus tard entrainerait de substantielles complications. Après la plus complexe, la prise en compte des aspects légaux, je vous propose maintenant de considérer les aspects les plus simples (mais tout aussi importants).

 

1) Ne cherchez pas à bétonner toutes les possibilités

Se faire parasiter sa clientèle par un site mal intentionné adoptant un nom de domaine voisin du votre est clairement très désagréable. Malheureusement, il vous sera impossible de réserver toutes les variations possibles. Avec ou sans tirets, en .fr, en.com, en .net, en ajoutant un mot clé, les combinaisons sont infinies. Et même à 10€ par an le domaine, voire moins avec des packs, vous allez dépenser des fortunes pour une protection de toute façon très partielle. Je vous conseille quand même de déposer les incontournables (.fr et .com), mais la meilleure parade restera le dépôt de la marque correspondant (cf. point 1)

2) Faîte simple et compréhensible

A contrario, plus votre nom sera compliqué et plus vous risquerez que vos contacts le comprennent mal… et donc ne vous trouvent pas. Ce serait ballot. Avant de vous lancer, prenez donc soin de le tester sur ces cobayes autour de vous : dites-leur le nom et demandez-leur de le taper. Ça vous évitera peut-être de perdre beaucoup de monde en route.

3) N’oubliez pas que la taille compte

Plus court, c’est plus simple et rapide à saisir, et donc dans votre intérêt. Bien entendu, cet objectif n’est pas simple à atteindre. Il sera même parfois en contradiction avec d’autres règles (la 4 par exemple).

4) N’abusez pas des tirets

En effet, Google n’aime pas particulièrement ça, et il est votre ami (enfin faites comme si, vous avez besoin de lui). Par ailleurs, gardez en tête vos tests du point 2. Que tapent naturellement vos cobayes ? Tirets ou pas tirets ?

5) Choisissez soigneusement l’extension

Là, tout dépend de votre marché. Si vous clients sont exclusivement français ou si vous œuvrez dans un de ces secteurs où le monde nous reconnait encore un certaine excellence, choisissez le .fr. Ou pourquoi pas l’injustement méconnu .paris, par exemple. Si en revanche votre cible est plus ou moins internationale, optez pour le .com. Enfin, de nombreuses autres extensions vous tendent les bras : .tech, .org, .eu, .pro, .business, .boutique, .discount, .immo, .restaurant… Il y a l’embarras du choix, et de nouvelles s’ajoutent à la liste chaque mois. Pour vous faire une idée, jetez donc un œil ici.

6) Pensez aux mots-clés

Intégrer vos mots-clés dans le nom e votre domaine a clairement un effet bœuf sur le référencement. Moins que par le passé, mais quand même. Enfin n’en abusez pas en compilant des mots clé très recherchés mais objectivent modérément pertinents pour votre activité.

7) Anticipez les erreurs de saisie

Si votre test du point 2 fait apparaître des erreurs fréquentes sur l’orthographe d’une partie de votre nom de domaine, n’hésitez pas à réserver les deux versions, quitte à rediriger la version mal orthographiée vers la bonne. Ainsi, tout le monde arrivera bel et bien sur votre site sans même soupçonner le problème.

 

A vous de jouer. Si vous avez des questions, ne les gardez pas pour vous. Dans un prochain article, j’aborderai, les solution à adopter en cas de problème.

 

carte de visite vide

Les règles pour bien choisir votre nom de domaine (1ère partie)

Votre nom de domaine (monentreprise.fr) va déterminer aussi bien l’adresse de votre site (www.monentreprise.fr) que vos adresses email (p.nom@monentreprise.fr…) Le choisir est à la fois simple et lourd de conséquences pour votre communication. Car si vous pourrez en changer plus tard, ça ne se fera pas d’un claquement de doigts. Vous perdrez aussi une partie du bénéfice de vos efforts passés, notamment sur le plan du référencement. Alors autant faire le bon choix dès le début, en y passant le temps nécessaire.

  • Pensez d’abord à votre marque

Vous êtes parfaitement libre de déposer n’importe quel domaine libre auprès d’un bureau d’enregistrement comme OVH. Rien ni personne ne vous empêchera par exemple de déposer ibm.biz. En revanche, il y a fort à parier que si vous vous lancez, vous recevrez plus ou moins rapidement un appel des avocats d’IBM pour vous dissuader d’en faire un quelconque usage. Il s’agirait tout simplement de parasitage de marque, ce qui est pénalement répréhensible. L’affaire se règlerait même très rapidement en référé à votre détriment. En effet, le droit des marques prime sur les dépôts de domaines. La méthode la plus sûre consiste donc à réfléchir conjointement à votre marque et à votre domaine, puis à déposer les deux dans la foulée.

Contrairement à un dépôt de domaine, un dépôt de marque impose (entre autres) deux contraintes :

  • La disponibilité de la marque ne suffit pas. Elle ne doit pas sembler trop similaire avec d’autres préalablement déposées dans les mêmes classes (les catégories classifiant les entreprises)
  • Votre marque doit être distinctive, avoir une spécificité. Primeurs, lingerie ou plat cuisinés sont des marques indéposables.

Après avoir identifié deux ou trois noms qui vous plaisent et qui respectent idéalement l’ensemble des règles que je vais décrire dans cette série d’articles, appelez donc l’Inpi (Institut National de la Propriété Industrielle) au 0820 210 211 0,10€/min + prix de l’appel) pour leur soumettre vos idées. Mieux, si vous le pouvez, rendez-leur donc visite au 15 rue des minimes à Courbevoie, de préférence sur RDV. Ils seront (gratuitement) de très bons conseils, ce qui ne doit pas vous dispenser d’un premier niveau de recherche sur le Web, et notamment sur la base de l’Inpi. Choisissez également les trois classes les plus pertinentes pour votre activité en suivant la nomenclature de l’Inpi. Attention, vous n’obtiendrez de votre interlocuteur qu’un avis et en aucun cas une garantie, car tout cela est affaire d’interprétation. In fine, en cas de litige, seuls les tribunaux peuvent trancher. Je vous conseille donc de suivre leur recommandation. Il ne vous restera ensuite plus qu’à faire un petit chèque de 250€ pour 10 ans de protection

Et maintenant, à vos recherches. Si vous avez des questions, n’hésitez pas.

 

atelier Multimediatique.fr sur la stratégie marketing digital des PME-TPE

Atelier gratuit à Saint Quentin en Yvelines : construisez votre stratégie marketing internet avec 3 experts

Quelle que soit la taille de votre structure ou de votre projet professionnel, il est clairement devenu aujourd’hui impossible de faire l’impasse sur le Web, les réseaux sociaux, les webinaires et autres outils du marketing digital. Or vous avez peut-être l’impression d’accuser un certain retard, mais vous ne savez pas par quel bout commencer.  Comment vous y mettre de façon pertinente, efficace, rapide et économique, c’est ce que nous vous proposons découvrir ensemble.

Cet atelier couvrira notamment le contenu suivant:

  • Découvrez comment éviter les pièges des idées reçues
  • Sachez identifier ce qui fonctionnera pour vous
  • Analyser les bénéfices concrets d’un site Web
  • Bien choisir et commencer efficacement avec les réseaux sociaux
  • Pas de stratégie digitale efficace sans contenu pertinent
  • Intégrez l’importance d’une stratégie de contenu

Il sera animé par les intervenants suivants:

Prochaines sessions:

Date : le 27/03/2017 à 09:00 | Durée : 2h30
Lieu : Maison de l’Eentreprise, 3 avenue du centre, 78280 Guyancourt

Oui, je veux participer à cet atelier (inscription obligatoire)

 

les risques du gratuit

Le gratuit est-il sans risque ?

Pour faire court, disons-le clairement : non. Mais la tentation sera sûrement trop forte pour que vous vous contentiez de ce conseil lapidaire. Je vais donc argumenter mon propos.

En fait, le problème ne vient pas du produit ou du service lui-même, mais de ce que sa gratuité implique. Car il existe bien entendu d’excellentes offres gratuites, comme par exemple Gmail, Flicker, Youtube… En revanche, elles sont le plus souvent assorties d’une contrainte imposée ou inhérente. Et toute la difficulté consiste à déterminer le niveau d’acceptabilité de ces contraintes.

La messagerie Gmail et le réseau social Facebook constituent d’excellents exemples. Le bénéfice de leur usage n’est plus à démontrer, mais vous vous faites partie des utilisateurs, vous n’avez probablement pas lu leurs conditions d’utilisation. Or savez-vous par exemple que celles de Gmail autorisent Google à lire le contenu de vos mails, et à exploiter commercialement ces informations ? Même punition même motif pour vos photos sur Facebook. Souvenez-vous de cette soirée arrosée entre collègues qui s’était terminée de façon peu glorieuse pour vous, et qu’un indélicat avait publié sur sa page. Eh bien vous pourriez la retrouver en 4×3 en bas de chez vous ! Une situation que résume imparfaitement la fameuse maxime « Si quelque chose est gratuit, vous êtes probablement le produit ».

Autre catégorie de contraintes, la qualité de service et le support technique. Imaginons que votre site Web s’appuie sur un thème gratuit, et vous venez de découvrir qu’il pose un gros problème de compatibilité avec un autre élément. Vous dépendrez alors entièrement du bon vouloir et de la disponibilité de son auteur. Mais s’il a décidé de passer à autre chose, ou que ses coordonnées sont inaccessibles ? Le problème se pose de façon identique avec les services gratuits fournis par vos proches.

Vous avez compris l’idée, le gratuit peut avoir un prix, tout particulièrement quand les choses tournent mal. En revanche, dans le cadre d’une relation contractuelle payante, vous savez ce qui va se passer. C’est un peu le principe de l’assurance. Rien ne vous oblige à souscrire à cette protection, mais vous ne pourrez blâmer que vous-même en cas de sinistre. Alors, que diriez-vous d’en profiter pour faire un petit bilan ?

 

 

deux choix possibles

Comment gérer deux activités distinctes en marketing digital ?

La situation n’a rien d’exceptionnelle : vous avez ou vous envisagez d’adresser un deuxième pôle d’activité, ou encore une seconde cible (les particuliers, alors que vous visiez jusqu’ici les entreprises, par exemple). Quelles sont les conséquences d’un tel choix sur votre communication digitale ? Comment avoir une stratégie efficace et cohérente dans de tels cas ?

Eh bien c’est très simple, vous ne pouvez pas vraiment. Ou plutôt vous ne devriez pas, comme le suggère le bon vieux proverbe « qui trop embrasse mal étreint ». En voulant trop proposer de choses au même endroit, vous perdez l’avantage de la spécialisation (sur un marché, une activité…) du point de vue de vos clients. Ceux-ci comprendront beaucoup plus difficilement vos priorités (et pour cause, vous n’en avez pas/plus). Il vous sera aussi beaucoup plus difficile de les inciter à quoi que ce soit. Bref, vous ajoutez vous-même de la confusion.

Naturellement, chaque cas est unique, et mérite une analyse sérieuse. Mais si je devais vous donner un conseil unique, vous l’avez compris, ce serait bien sûr de segmenter autant que possible. Ce qui ne doit surtout pas vous interdire de mettre en place des passerelles, bien au contraire. Vous avez un site Web dédié au coaching de particuliers ? N’oubliez pas de faire un peu d’autopromotion en y ajoutant une petite pub menant à celui consacré à la formation tous publics (et vice-versa). Même punition même motif pour les réseaux sociaux. Et ce d’autant plus que chacun a son audience à lui, ainsi qu’un mode de fonctionnement qui ne convient pas forcément à tous les secteurs d’activité.

Alors bien, vous vous dîtes peut-être que je suis bien gentil, mais que multiplier les supports a un prix. Effectivement, mais si vous voulez ratisser trop large, vous risquez de vous retrouver les mains vides. Est-ce votre cas ?

 

 

 

atelier Multimediatique.fr sur la stratégie marketing digital des PME-TPE

Atelier gratuit à la MEF de Nanterre le 28/03 : la stratégie marketing digital des PME/TPE/AE

Mettez le Web et les réseaux sociaux au service de votre marketing, sans stress et à moindre coût

Cet atelier animé par Nicolas Moisset, consultant en Marketing Digital (formation, audit, conseil, prestations), est ouvert à tous les indépendants. Vous y découvrirez entre autres les réponses aux questions suivantes :

  • Comment être visible sur Internet ?
  • Puis-je être autonome ?
  • Quel est le vrai coût du marketing digital et comment le réduire ?
  • Les réseaux sociaux sont-ils incontournables ?
  • Comment ne pas y consacrer trop de temps ?
  • Quel bénéfice commercial puis-je en attendre ?
  • Comment éviter les principales erreurs ?

Atelier gratuit et ouvert à tous les PME/TPE, indépendants et porteurs de projets.

Merci de répondre après votre inscription à ce très court sondage, afin de pouvoir optimiser le contenu de l’atelier en fonction de vos attentes.

Prochaines sessions:

Date : le 28/03/2017 à 09:30 | Durée : 2h30
Lieu : Maison de l’Emploi et de la Formation, Cité des métiers, 2-6 Bis Avenue Vladimir Ilitch Lénine, 92000 Nanterre
Intervenant : Nicolas Moisset

Oui, je veux participer à cet atelier