Les règles pour bien choisir votre nom de domaine (2ème partie)

Elles sont nombreuses, et très importantes car ce choix aura d’importantes implications sur votre activité. Et aussi parce qu’en changer plus tard entrainerait de substantielles complications. Après la plus complexe, la prise en compte des aspects légaux, je vous propose maintenant de considérer les aspects les plus simples (mais tout aussi importants).

 

1) Ne cherchez pas à bétonner toutes les possibilités

Se faire parasiter sa clientèle par un site mal intentionné adoptant un nom de domaine voisin du votre est clairement très désagréable. Malheureusement, il vous sera impossible de réserver toutes les variations possibles. Avec ou sans tirets, en .fr, en.com, en .net, en ajoutant un mot clé, les combinaisons sont infinies. Et même à 10€ par an le domaine, voire moins avec des packs, vous allez dépenser des fortunes pour une protection de toute façon très partielle. Je vous conseille quand même de déposer les incontournables (.fr et .com), mais la meilleure parade restera le dépôt de la marque correspondant (cf. point 1)

2) Faîte simple et compréhensible

A contrario, plus votre nom sera compliqué et plus vous risquerez que vos contacts le comprennent mal… et donc ne vous trouvent pas. Ce serait ballot. Avant de vous lancer, prenez donc soin de le tester sur ces cobayes autour de vous : dites-leur le nom et demandez-leur de le taper. Ça vous évitera peut-être de perdre beaucoup de monde en route.

3) N’oubliez pas que la taille compte

Plus court, c’est plus simple et rapide à saisir, et donc dans votre intérêt. Bien entendu, cet objectif n’est pas simple à atteindre. Il sera même parfois en contradiction avec d’autres règles (la 4 par exemple).

4) N’abusez pas des tirets

En effet, Google n’aime pas particulièrement ça, et il est votre ami (enfin faites comme si, vous avez besoin de lui). Par ailleurs, gardez en tête vos tests du point 2. Que tapent naturellement vos cobayes ? Tirets ou pas tirets ?

5) Choisissez soigneusement l’extension

Là, tout dépend de votre marché. Si vous clients sont exclusivement français ou si vous œuvrez dans un de ces secteurs où le monde nous reconnait encore un certaine excellence, choisissez le .fr. Ou pourquoi pas l’injustement méconnu .paris, par exemple. Si en revanche votre cible est plus ou moins internationale, optez pour le .com. Enfin, de nombreuses autres extensions vous tendent les bras : .tech, .org, .eu, .pro, .business, .boutique, .discount, .immo, .restaurant… Il y a l’embarras du choix, et de nouvelles s’ajoutent à la liste chaque mois. Pour vous faire une idée, jetez donc un œil ici.

6) Pensez aux mots-clés

Intégrer vos mots-clés dans le nom e votre domaine a clairement un effet bœuf sur le référencement. Moins que par le passé, mais quand même. Enfin n’en abusez pas en compilant des mots clé très recherchés mais objectivent modérément pertinents pour votre activité.

7) Anticipez les erreurs de saisie

Si votre test du point 2 fait apparaître des erreurs fréquentes sur l’orthographe d’une partie de votre nom de domaine, n’hésitez pas à réserver les deux versions, quitte à rediriger la version mal orthographiée vers la bonne. Ainsi, tout le monde arrivera bel et bien sur votre site sans même soupçonner le problème.

 

A vous de jouer. Si vous avez des questions, ne les gardez pas pour vous. Dans un prochain article, j’aborderai, les solution à adopter en cas de problème.

 

Catégories ,

Evénements

 

 

Offres de Multimediatique