Multimediatique-informatique-high-tech-home-cinema

Numérisez votre vidéothèque: la théorie

Le Home-cinéma ultime – épisode 3

Dans la première partie de cette série d’articles consacrés au « Home-cinéma ultime », j’ai abordé la question de l’équipement destiné à stocker vos films. Voyons maintenant comment les convertir sous forme de fichiers, afin de libérer enfin vos murs de ces encombrantes étagères de DVD et Blu-ray.

Tout le monde n’est pas d’accord

La très grande majorité des films du commerce sont depuis toujours copieusement protégés par de nombreux dispositifs  anti-copie, que nos facétieux éditeurs se font en plus un plaisir de renouveler régulièrement. Autant dire que l’opération ne va pas forcément de soi.

Petite précision au passage: la loi vous autorise à faire une copie de sauvegarde pour un usage dans le cadre familial, mais pas à casser les codes de protection. Un principe un peu tordu, je vous le concède, puisque dans la pratique, vous ne pouvez donc normalement pas exercer ce droit. Normalement. Car il existe fort heureusement des outils très bien faits, qui permettent de contourner facilement cette escroquerie légale. Bien entendu, leur usage est interdit sur le territoire français.

Par où commencer?

logoBR-Multimediatique-Informatique-High-tech-Home-cinema

C’est l’ISO qu’il me faut… à condition d’avoir de la place à revendre

La première chose à faire est de choisir le format de fichier que vous utiliserez pour riper («numériser») tous vos films. Car il y a le choix: MKV, M2TS, dossier DVD/BR… C’est une décision à ne pas prendre à la légère, car si vous avez une vidéothèque importante, vous ne voudrez certainement pas la numériser deux fois.

Personnellement, je vous conseille l’ISO. Il s’agit d’un format contenant l’image du support optique d’origine. Ses avantages sont multiples. Il conserve tout d’abord l’interactivité du DVD ou du Blu-ray d’origine (menus, suppléments…) Il permet aussi de stocker un film dans un fichier unique, ce qui simplifie l’organisation et la manutention. Il est standard et très utilisé. De plus, tous les logiciels de gravure tels que Nero savent l’employer pour graver un DVD ou un Blu-ray identique à celui d’origine, la protection en moins. Enfin, il permet de conserver intégralement la qualité d’origine, contrairement aux formats avec perte comme le MKV. Un point vital dans le cas hautement recommandé où vous feriez le choix d’un vidéoprojecteur. Même si ce dernier n’est encore qu’un éventuel projet pour vous, anticipez le. Car comme mentionné plus haut, si vous possédez plusieurs centaines de films, vous ne voudrez pas les riper deux fois.

L’ISO présente toutefois quelques inconvénients, à commencer par sa taille. Mais si vous ne souhaitez faire aucune concession sur la qualité, c’est le prix à payer. Autre restriction: les baladeurs vidéo sont incapables d’exploiter un ISO, ce qui impose de les convertir aussi dans un format adapté tel que le MP4.

Quels outils choisir et comment procéder?

anydvdHD-Multimediatique-Informatique-Hight-tech-Home-cinemaSi on met les solutions bidouilles ou anciennes de côté, le choix se résume à deux produits: AnyDVD HD de Slysoft, et DVDFab de Fengtao. Autant le dire tout de suite, ces applications sont relativement onéreuses. Mais elles ont le mérite de marcher réellement, et d’évoluer avec le temps pour prendre en charge les nouvelles protections. Il n’existe aucune alternative crédible gratuite, tout particulièrement pour les Blu-ray.

Plutôt qu’une classique commercialisation en éditions annuelles, AnyDVD et DVDFab sont tous deux proposés avec une ou plusieurs années de mise-à-jour, voire une mise-à-jour à vie. Ça ne contribue évidemment pas à rendre la dépense indolore, loin de là, mais les mises-à-jour sont réellement indispensables, et je vous recommande fortement les versions «à vie». Notez au passage que l’un et l’autre proposent régulièrement sous des prétextes variés (Halloween, Noël…) des remises atteignant 20/25%, ce qui mérite un peu de patience.

AnyDVD / AnyDVD HD

Le premier, AnyDVD existe en deux versions. La standard, pour 69€ à vie, qui ne prend en charge que les DVD, et la HD, pour 119€ à vie, qui y ajoute les Blu-ray et les HD-DVD (aujourd’hui disparus). Ce logiciel a une approche un peu minimaliste en matière de rip, car il n’autorise aucune manipulation du contenu. Un problème de taille, c’est le cas de le dire. Car si vous ripez une galette contenant une bonne moitié de bonus, ceux-ci-vont se retrouver dans votre image. Et avec un Blu-ray, ça risque de faire mal. Car ces 25 Go de bonus que vous ne regarderez qu’une fois au mieux vont prendre leur place sur votre serveur.

En contrepartie, AnyDVD fait aussi sauter toutes les protections lors de la lecture d’un Blu-ray sur votre PC. Il permet ainsi d’utiliser n’importe quel moniteur, carte graphique, lecteur ou logiciel, qu’ils soient compatibles HDCP ou pas. Cette fonction existe également chez Fengtao, sous la forme d’un utilitaire indépendant appelé Passkey, et facturé 60.5€ à vie en version DVD uniquement et 105.60€ à vie en version Blu-ray uniquement.

DVDFab

La solution que je vous conseille sans hésiter est celle de DVDFab baptisée DVDFab Copy Suite. Si vous avez des DVD et des Blu-ray, il vous en coutera 149€ à vie. Dans le cas contraire, les deux modules sont proposés séparément ici et .

J’analyserai son usage dans un prochain article. Si vous aviez manqué les précédents articles de la série, en voici la liste:

Le home-cinéma ultime:

 

1 réponse
  1. spirit dit :

    bravo pour ce site, des explications tres claires, plutot completes, permettant d’aller à l’essentiel sans se perdre dans tout un foule de détails, d’options et autre, et un brin d’humour tres sympatique

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.