Articles

J’ai fait mon site Web avec Wix, est-ce grave ?

Assez régulièrement, je rencontre des entrepreneurs qui ont fait le choix de réaliser leur site Web eux-mêmes, le plus souvent avec Wix. L’outil présente certes des mérites indiscutables (prix, simplicité, rapidité de mise en œuvre), mais aussi de sérieux inconvénients (fortes limitations fonctionnelles, optimisation du référencement inexistante, outil fermé…) dont les effets se font de plus en plus pesants avec le temps.

Je me trouve alors dans la situation du médecin obligé d’annoncer une très mauvais nouvelle à son patient. En gros, je sais qu’il va devoir refaire son site à plus ou moins longue échéance, avec un outil ouvert mais aussi réellement évolutif et gratuit, j’ai nommé (dans la plupart des cas) WordPress. Moi non plus, je n’aimerais pas qu’on me dise que je vais devoir remettre sur la table un problème que je pensais réglé, et devoir tout reprendre de zéro. Car cela a forcément un coût, notamment en temps.

Cela dit, il convient de relativiser les inconvénients de cette remise à plat :

  • L’interruption de services lors du passage de l’ancien au nouveau site : de quelques heures à quelques jours dans les cas les plus exceptionnels. Est-ce vraiment si critique pour votre entreprise ? Probablement pas, vos visiteurs s’en remettrons.
  • Le contenu : oui, il va falloir refaire le site. Mais il s’agit ici de sa structure, autrement dit quelques pages. Rien n’interdit de reprendre le design du site Wix, ni surtout le contenu que vous y avez publié. Suivant le volume, vous en serez peut-être quitte pour une bonne séance de copier/coller. Mais en aucun ne devrez-vous faire une croix sur ce que vous aviez rédigé jusqu’ici.
  • Le prix : un site vitrine de quelques pages en WordPress ne se facture pas des milliers d’euros, loin de là.

Conclusion, le jeu en vaut vraiment la chandelle. N’hésitez en tout cas pas à faire chiffre la prestation, ça n’engage à rien.

 

site Web

Les cinq points clés à préparer avant de commander ou réaliser un site Web

Vous avez décidé de vous lancer enfin sur le Web, que ce soit en sous-traitant la réalisation de votre site ou en vous faisant former pour le réaliser vous-même ? Bravo. Mais quel que soit votre choix, vous devez être conscient que cet investissement est extrêmement différent d’une dépense classique, comme l’achat d’une imprimante par exemple. En effet, votre implication ne devrait pas se limiter à faire un chèque, faute de quoi vous iriez droit au désastre. Voici la checklist du futur possesseur de site pour obtenir un résultat optimal de votre futur outil :

  • Décidez ce que vous voulez obtenir de votre site

    S’agit-il de présenter et détailler votre offre ? De la commercialiser ? D’identifier les personnes intéressées ? De démontrer votre professionnalisme ? De prouver la pertinence de vos choix ? La liste des objectifs envisageable est longue, et vous seul pouvez faire ce choix. Cependant, choisir, c’est renoncer. Tout ne peut donc pas être prioritaire. A vous de trancher.

  • Choisissez votre design global

    Responsive design ou pas, design épuré ou ambiance « monsieur Plus », animations ou pas, slider ou pas, les possibilités sont infinies. Prenez le temps de butiner sur le Web, et listez les sites dans lesquels vous retrouvez vos attentes. Pas forcément dans votre secteur d’activité, d’ailleurs.

  • Définissez l’architecture de votre site

    Hormis la page d’accueil et les mentions légales, il n’y a pas de figures imposées. Commencez par lister les pages dont vous avez besoin (qui sommes-nous, produits, méthodes, technologies, témoignages, références clients, actualités…), puis choisissez comment elles doivent s’articuler (menu, arborescence). Là encore, butinez sur un maximum de sites pour ne rien oublier.

  • Préparez votre contenu

    Réaliser un site Web consiste essentiellement à mettre en page et à valoriser un contenu. Encore faut-il avoir préalablement identifié, rassemblé et/ou créé ce contenu. Vous devez impérativement rédiger vos textes pour chaque page avant de passer à la phase de création du site. Faites-vous aider en cas de besoin. Attention toutefois au piège du recyclage. Les textes doivent servir précisément les objectifs définis dans le premier point. Ça n’est pas forcément le cas de votre dernière présentation Powerpoint, de votre prochaine publicité, de votre plaquette…

  • Choisissez vos illustrations

    Les goûts et les couleurs, ça ne se discute pas, et seul votre avis compte. Gagnez du temps, choisissez vous-même toutes vos illustrations (logos, photos et également vidéos si ça vous semble pertinent) pour chacun des pages définies au point 3. Commencez par jeter un œil dans votre stock personnel. Si vous n’y trouvez pas votre bonheur, penchez-vous sur les banques d’images dans cette série d’articles : 1, 2, 3 et 4.

 

journaliste interviewée

Etes-vous prêt à rencontrer un journaliste ?

Ça n’arrive pas qu’aux autres. Demain, un journaliste vous appelle. Presse locale ou nationale, presse technique spécialisée, peu importe, il souhaite parler de vous ou de votre activité à ses lecteurs. Manque de chance, vous n’êtes pas prêt. Et par méconnaissance, maladresse ou manque d’accompagnement, l’entretien se passe mal et vous manquez complètement une occasion unique. C’est ballot.

Toutefois, un problème risque fort de se poser en amont. Avant de vous contacter, le journaliste va commence par butiner sur votre site, et il n’y trouvera rien de ce qu’il cherche si vous n’avez pas anticipé cette situation. Pas de section presse, et rien du contenu indispensable pour lui : biographie et photo haute résolution du fondateur ainsi que des principaux dirigeants, présentation sommaire de l’activité, des principaux produits, de l’actualité de l’entreprise, communiqués, coordonnées de vos distributeurs le cas échéant, illustrations des produits vedettes…

S’il existe une alternative plus simple, le journaliste ira à la facilité, et vous n’en saurez jamais rien. Un de vos concurrents héritera de l’opportunité, bénéficiant ainsi à votre place de cette visibilité aussi efficace que gratuite. Alors pourquoi ne pas rajouter cette page « Presse » dès maintenant sur votre site ?

 

drapeau pirate

Votre site web est-il vraiment en sécurité?

Si vous n’y avez pas veillé spécifiquement, rien n’est moins sûr. En bons latins, nous préférons généralement attendre l’arrivée des premiers problèmes avant de nous pencher sur les moyens de les éviter. Et la raison en est simple. Quel que soit l’achat concerné, pour un site Web comme pour une voiture, nous nous focalisons généralement sur le coût d’acquisition, en oubliant joyeusement celui de possession (entretien, assurance, fais divers…) « On verra plus tard », c’est-à-dire jamais. Or les plateformes de développement de sites populaires le sont aussi auprès des pirates.

Que risquez-vous concrètement ? La palette est assez large : retrouver votre site saboté, avec en prime une page d’accueil faisant la promotion du pirate. Ou bien pris en otage et inaccessible, avec l’obligation de payer une rançon pour en reprendre le contrôle. Ou encore incroyablement ralenti parce qu’il héberge et partage à votre insu un contenu illégal. Voire ne plus retrouver de site du tout.

J’ai déjà évoqué il y a peu dans ces colonnes la question du risque lié aux mises à jour, ou plutôt à leur absence. Ça n’est pas le seul souci qui vous pend au nez si vous vous montrez négligents, loin de là. Il en existe d’autres, eux aussi liés à vos choix. Des choses parfois aussi insignifiantes en apparence que celui de votre identifiant de connexion. Sur www.multimediatique.fr, il ne se passe par exemple pas une semaine sans qu’un petit plaisantin – ou plus probablement un robot – situé à l’autre bout de la planète ne tente de se connecter au compte admin. Ici, la parade est simple. Il vous suffit de ne pas donner à votre compte administrateur le nom proposé par défaut, qui est aussi bien entendu le premier essayé par les visiteurs indélicats.

Au-delà, les bons usages, simples mesures de bon sens indispensables, ne suffisent pas. Vous devez aussi impérativement mettre en place une suite de sécurité efficace (ou des outils individuels protégeant des principales menaces). Enfin, comme dit le proverbe « Espère le meilleur, prépare le pire ». Que se passera-t-il si, malgré vos précautions, votre site passe de vie à trépas ? Votre site est-il sauvegardé, base de données comprise ?

Contenu marketing et angoisse de la page blanche (épisode 2)

Dans la première partie de cette série d’articles, nous avons vu les deux meilleures façons d’éviter de vous retrouver face à une page blanche. C’est encore la meilleure approche pour ne pas devoir affronter le problème. Mais imaginons maintenant que vous vous retrouvez quand même dans cette fâcheuse situation. Comment vous en sortir vite et bien ?

À moins d’une révélation divine, votre texte ne va pas apparaître tout cuit sous vos yeux. Plutôt que de ne partir de rien et de vous torturer en vain, posez donc une base de départ accessible et rebondissez dessus. Il peut s’agir tout simplement d’une (ou plusieurs) citation, célèbre ou non, d’une remarque ou d’une demande récurrente venant de vos clients, d’un fait de votre vie personnelle qui a une résonnance sur le plan professionnel…

Quelle que soit l’approche que vous retiendrez, abracadabra, votre page n’est plus blanche. Il ne vous restera plus qu’à donner votre avis, commenter et développer naturellement en argumentant.

Vous pouvez aussi prendre le contrepied exact de ce que votre lectorat attend de vous, puis mener très sérieusement une démonstration par l’absurde, avant de retomber au final sur vos pattes. Sur Multimediatique, cela pourrait donner quelque chose comme « Créer un simple compte sur votre réseau social préféré vous ouvrira instantanément les portes de millions de clients potentiels sur Internet ».

Par ailleurs, ne jugez pas la qualité du résultat avant d’avoir tout écrit. Allez jusqu’au bout de vos idées, même si vous sentez qu’il y a des choses un peu bancales. Puis, dans un second temps seulement, complétez, modifiez ou supprimez ce qui ne tient pas la route. Enfin, passez le tout à la moulinette sous l’angle de l’expression écrite : orthographe, grammaire, style…

Dans une prochaine partie, nous nous pencherons après les questions d’inspiration sur les aspects touchant à l’écriture elle-même.

Réseaux sociaux, le site Web du pauvre?

Désireux d’être enfin présent sur Internet, vous balancez peut-être entre site Web et réseaux sociaux. A tort. Il existe bien entendu de nombreuses bonnes raisons de développer sa présence sur les réseaux sociaux. Cependant, mettre les deux outils sur le même plan et choisir sous le seul angle financier induit de sérieux risques. En effet, ils ne sont pas interchangeables, loin de là. Et une erreur de casting peut se révéler lourde de conséquences.

Les réseaux sociaux ont de gros atouts. Ils sont gratuits, rapides à mettre en œuvre, et permettent de multiplier les occasions de mise en relation ainsi que de valoriser vos compétences : publication de contenu expert, échanges…

Mais vous n’y avez aucune maîtrise du contenu, de sa mise en page ou des publicités vues par les visiteurs de votre compte. Ceux-ci seront probablement noyés par des sollicitations du site, voire soumis à des offres de vos concurrents, à un parcours que vous ne décidez pas… De plus, les outils d’analyse fournis sont bien moins riches. Enfin, les conditions d’utilisation varient et contiennent des clauses problématiques (licence d’usage de votre contenu, limitations…) Bref, une situation pas vraiment idéale car, pour résumer, c’est la plate-forme qui possède le client.

A contrario, sur un site Web, vous contrôlez 100% de ce qui s’affichera sous les yeux de vos visiteurs. Vous pourrez ainsi promouvoir votre offre et votre vision très précisément, sans aucune interférence et en suivant à la lettre votre stratégie. Plus globalement, un site Web est un outil de crédibilité aujourd’hui incontournable.

Dans l’idéal, la combinaison d’un site Web et d’une présence sur les réseaux sociaux offre le meilleur résultat, ces derniers jouant le rôle de « rabatteurs ». Mais si vous devez choisir entre les deux, ne vous laissez pas aveugler par le prix et considérez aussi les autres aspects.

Contenu marketing et angoisse de la page blanche

Plongé en pleine réflexion sur votre futur site Web ou compte sur un réseau social, une légère inquiétude vous saisit quant au contenu. A juste titre, car il s’agit d’un point tout aussi important que l’outil que vous avez retenu. S’il n’est pas à la hauteur des attentes de vos visiteurs, vous risquez même de marquer des points négatifs. Un comble !

Heureusement, votre expérience métier, votre analyse de votre marché et vos judicieux conseils constitueront le fond de ce contenu à valeur ajoutée. Pour éviter de douloureuses séances de recherche d’idées de sujets, la meilleure solution consiste encore… à ne pas chercher.

En effet, au fil de vos journées de travail, de vos échanges avec vos partenaires, fournisseurs et clients, de nombreux évènements vous fourniront ces sujets sur un plateau. A vous d’être vigilent, en recherche permanente, et de les noter systématiquement. Vous verrez à l’usage que vos clients, en exprimant leurs attentes et leurs préoccupations, sont une véritable mine.

Pour la forme, en revanche, c’est une autre paire de manches. Vous craignez l’angoisse de la page blanche, vous doutez de votre orthographe, de vos capacités rédactionnelles, de votre aptitude à mettre tout cela en forme de façon valorisante, voire tout simplement vous n’avez pas le temps.

Aucune de ces raisons ne devraient pourtant vous bloquer, car il existe une solution simple : vous faire aider. Cette tâche rédactionnelle peut en effet être sous-traitée partiellement ou intégralement à une agence marketing telle que Multimediatique, qu’il s’agisse des pages de présentation de votre structure ou de votre offre sur votre site Web, de votre actualité, d’animer vos comptes sur les réseaux sociaux… N’hésitez pas à nous solliciter.