Télécommandes : il ne peut en rester qu’une !

Parmi les drames qui frappent encore durement le monde occidental en ce début de XXIème siècle figure en bonne place la multiplication des télécommandes. On commence banalement par celle de la télévision, puis s’ajoute celle du lecteur de DVD/Blu-ray, celle du module télé de la box ADSL, celle de l’ampli audio vidéo… et on finit par recouvrir la table basse du salon. Personnellement, je dois l’avouer, j’en suis au moins à 9, et j’en oublie probablement une ou deux. Bien sûr, dès la troisième, on se laisse très vite de devoir jouer les Jean-Michel jarre au quotidien.

Malheureusement, le diagnostic est plus simple que la solution. En effet, ce graal de la télécommande ultime, je le poursuis en vain depuis une vingtaine d’années au moins. Vous vous êtes certainement dit depuis la première ligne «quel nigaud, il n’a qu’à prendre une télécommande programmable». Le souci, c’est que l’offre n’est pas tout à fait à la hauteur du problème.

Beaucoup de candidats, peu d’élus

Et pourtant, nombreux sont les constructeurs qui se sont frottés à la problématique. Les fournisseurs d’équipements hi-fi, pour commencer. Il fallait alors avec les premiers modèles programmables laborieusement mémoriser chaque code infrarouge en plaçant la télécommande d’origine bien en face, passer l’autre en mode apprentissage, appuyer sur la touche de la commande mémoriser, puis l’affecter à une touche de la télécommande programmable. Et répéter l’opération pour chacune des touches. Épuisant !

MSHarmanKardon

L’ancêtre des télécommandes programmables par ordinateur. Merci à Microsoft de ne pas avoir persisté.

Microsoft a été un des premiers dans le milieu des années 90 à s’appuyer sur un ordinateur pour faciliter cette insupportable phase de programmation. Sa solution développée en partenariat avec Harman-Kardon, mastoc et peu pratique, avait fait un flop. Mais elle avait ouvert la voie. Il faut toutefois admettre que ses lointains descendants sont loin d’avoir réussi leur coup.

Mais où est le problème?

Les écueils sur lesquels ils butent sont pourtant relativement peu nombreux. Le premier est lié à des questions d’ergonomie. Avec un modèle à écran tactile, pour mettre la lecture d’un film en pose, ou en avance rapide pour passer un passage un peu laborieux, personne n’a envie d’activer la télécommande, puis de regarder son écran, de trouver l’endroit exact où se trouve la touche (et oui, impossible de la trouver dans le noir grâce à sa forme) et enfin d’appuyer à l’endroit concerné. C’est pourtant ce qu’imposent toutes les télécommandes qui ne disposent pour toute interface que d’un écran tactile. Les très sympathiques applications pour smartphones deviennent de ce fait rapidement horripilantes, d’autant qu’elles imposent en plus l’acquisition d’un émetteur IR ou d’un réémetteur avec lequel elles communiquent en wifi ou en Bluetooth, et des manipulations à chaque usage : activer l’appareil, déverrouiller l’écran, lancer l’application et enfin actionner la commande voulue. Sophie Marceau a largement le temps de rajuster sa bretelle avant que vous trouviez la touche pause.

Le second problème, c’est bien évidemment cette satanée phase d’apprentissage. Même avec le plus sophistiqué des modèles, les choses se gâtent rapidement. Avec la dernière télé Samsung vendue par pleines palettes, pas de problème. Mais pour ce média Player un peu exotique ou cette platine CD audiophile à la diffusion confidentielle, la base de données de riche de millions de télécommandes a toutes les chances de vous vous laisser en plan. Et on n’en revient à la méthode préhistorique de mémorisation des codes infrarouges un par un. Même les très actifs One-for-all et Logitech n’échappent pas à la malédiction.

One-For-All-Xsight-Touch-RF-Extender-URC-8600-_P_900

Le réémetteur optionnel de OneForAll, une solution pour s’affranchir des problèmes de directionnalité

Troisième problème, la directionnalité de l’infrarouge. L’angle et la portée de ces télécommandes sont en effet relativement restreints. Surtout si les appareils à piloter ne se trouvent pas exactement au même endroit. Certains constructeurs choisissent donc de s’affranchir de ces contraintes en communiquant par ondes radio jusqu’à un réémetteur infrarouge placé en face de la chaîne à piloter. Inutile de dire que les produits entrée de gamme font l’impasse là-dessus.

Enfin, les soucis peuvent venir de là où on ne les attend pas forcément. Une de mes dernières tentatives a porté sur l’Harmony 1100, le vaisseau amiral de Logitech. Et là surprise ! Sa réactivité se montrait à mon goût d’une lenteur effarante. De plus, ses capacités de personnalisation étaient loin du compte. Impossible par exemple de personnaliser à ma guise l’icône de mes appareils.

Appelez votre banquier

À ce stade, j’imagine que vous trépignez intérieurement. Mais quelle est donc la mystérieuse solution qu’il va nous sortir de sa manche ? Vous n’allez probablement pas aimer la réponse. Si vous êtes prêts à casser votre tirelire (et votre livret A), la seule réponse réellement convaincante vient des spécialistes de l’intégration audio vidéo tels que Crestron ou AMX. Avec eux, tous les problèmes évoqués plus haut trouvent leur solution. Cependant, au coût substantiel de l’équipement, il faut également ajouter celui de la prestation d’intégration, incontournable vu la richesse fonctionnelle de ces outils. Heureusement, votre insupportable beau-frère a deux reins.

Pronto_TSU9800

Philips Pronto TSU: ce sont les meilleurs qui partent en premier. Heureusement, ebay est là.

Il existe une solution intermédiaire plus abordable : les télécommandes Philips Pronto TSU 9300, 9600, 9800… Accessibles aux amateurs éclairés pour peu qu’ils soient prêt à sérieusement mouiller la chemise. L’outil de configuration et de personnalisation, théoriquement réservé aux professionnels, se trouve maintenant très facilement sur Internet. Ces produits présentent toutefois un sérieux défaut. En effet, ils ne sont plus fabriqués depuis fin 2010, mais restent néanmoins trouvables ici ou là de temps en temps, notamment sur eBay. Préparez-vous tout de même à une certaine attente.

Si le prix ou la disponibilité ne vous rendent pas les solutions qui précèdent accessibles, je vous conseille de vous pencher sur les meilleurs compromis, comme la Philips Prestigo SRT8215, la Logitech Harmony Touch, ou encore la Oneforall Xsight 3 Touch URC 8603. Reste enfin l’approche la plus rustique : garder les trois télécommandes qui servent le plus sur la table et les autres dessous, ou attendre le prochain modèle programmable révolutionnaire. Ou le suivant. La quête continue.

 

Catégories

1 Comment

  1. François Legendre sur 19/06/2013 à 20:31

    Bonjour,

    Merci pour cet article qui a réussi à m’éclairer !

Laissez un commentaire





Evénements