La rapidité de votre site Web est-elle à la hauteur ?

Si vous n’en avez aucune idée, vous devriez vérifier vite, car les conséquences de performances insuffisantes peuvent vous coûter cher.

Le premier risque vient du comportement de vos visiteurs. Si votre page d’accueil met 3 ou 4 secondes à se charger comme on le voit souvent, voire plus, une majorité de vos visiteurs vont tout simplement fermer votre fenêtre. Ou tenter de la rafraîchir, mais forcément avec les mêmes résultats. Bilan : une image de marque désastreuse et des prospects perdus en pagaille.

Le second risque en découle naturellement. Parmi les nombreux critères observés par Google pour déterminer votre niveau de référencement figure en bonne place la rapidité de chargement de vos pages. Car de son point de vue, si votre site se traîne, l’expérience utilisateur sera mauvaise et votre adresse ne mérite donc pas de se voir mise en valeur. Bilan : moins de visiteurs.

Vous l’avez compris, vous ne devriez pas prendre cette affaire à la légère. Mais comment savoir où vous en êtes ? Il existe en effet de nombreux outils de test, pas toujours d’une fiabilité très convaincante. Je vous conseille le service Pingdom, à la fois simple, détaillé et gratuit.

Taper l’adresse de votre site, choisissez à côté le serveur de test le plus proche (probablement Stockholm). Surtout, lancez le plusieurs fois pour vérifier la constance de l’évaluation, car certains facteurs externes pourraient fausser ponctuellement le résultat.

Normalement, vous devriez vous situer aux alentours des deux secondes, voire en dessous dans l’idéal. Des sites simples et bien optimisés peuvent même passer en dessous du cap d’une seconde ! Alors, satisfait de votre résultat ?

Si vous vous situez loin du compte, pas de panique. Il existe des solutions, que vous devrez très probablement cumuler pour remonter la pente.

D’abord, installez si ça n’est pas le cas un bon plugin de cache. Ces outils ne sont pas toujours simples à configurer, mais aucun site ne peut s’en passer. Personnellement, j’utilise systématiquement l’excellent WPRocket, certes payant mais de loin le meilleur.

La seconde étape consiste à optimiser vos fichiers illustrations (photos, dessins, fonds…) Car utiliser une photo en 3200×1600 là où 640×480 suffirait se paye cash sur le plan du temps de chargement. Cet article vous permettra d’y voir clair.

Autre levier souvent insoupçonné, certains paramètres de votre hébergement peuvent eux aussi radicalement changer vos résultats. En revanche, ce levier est plus délicat à mettre en œuvre, et suppose de vérifier la compatibilité de l’ensemble des composants de votre site avec la manœuvre. Mais le jeu en vaut la chandelle.

Voilà, avec ces trois axes, vous devriez normalement faire passer la dernière des tortues dans le peloton de tête. Si vous calez sur le plan technique, faites-vous aider. Mais ne négligez surtout jamais la rapidité de votre site.

 

 

Articles sur des sujets similaires :

Vous avez aimé cet article? Partagez-le:

Catégories ,

Evénements

 

 

Offres de Multimediatique

Envie de recevoir les recettes régime

présentées sur cette page ?

Abonnez-vous à notre newsletter

quotidienne

tortue avec panneau fin limite vitesse 30
Retour haut de page