Les trois pièges à éviter dans votre identité visuelle (partie 1)

Votre identité visuelle est fondamentale, d’autant qu’un choix inapproprié en la matière peut vous coûter cher. Mise en pratique sur tous vos documents et supports, elle contribue à créer un a priori positif chez vos prospects, et rassure vos clients. Elle constitue donc un capital important de votre entreprise… si elle est pertinente. Dans cette nouvelle série d’articles, je vais analyser les trois principaux pièges qui vous menacent.

 

Piège N°1 : Vouloir imiter les plus gros

 

Chercher à s’inspirer à tout prix d’une multinationale ne suffit pas pour acquérir sa légitimité ou se rendre incontournable. Il s’agit même d’un véritable miroir aux alouettes. Car ce n’est pas parce que ces entreprises ont le logo qui est le leur qu’elles sont devenues incontournables. C’est au contraire parce qu’elles sont énormes qu’elles peuvent se permettre de faire n’importe quoi, comme Nike et sa virgule qui ne veut absolument plus rien dire.

Vous m’objecterez peut-être que « si si, il y a un sens ». Ça me rappelle les cours de poésie au lycée. J’étais exaspéré par la prétention des professeurs à interpréter ce qu’étaient censés avoir voulu dire les auteurs. Et puis j’ai compris qu’on pouvait parfaitement broder et raconter n’importe quoi a posteriori, pourvu que ça semble rationnel et cohérent. Je m’étais alors lancé dans une explication abracadabrante mais argumenté, et le professeur avait lâché un peu surpris « ah oui, je n’y avais pas pensé, mais c’est possible ».

Revenons à la démarche de ces grandes entreprises. Certaines ont stylisé au fur et à mesure leur logo, de façon à l’épurer au maximum, mais il n’évoque toujours rien de leur domaine d’activité au commun des mortels (Apple et sa pomme croquée, Shell et son coquillage…) D’autres encore prennent le contre-pied de leur secteur et arborent un logo totalement à l’opposé de ce qu’elles sont, car elles veulent se faire passer pour autre chose, ou délivrer un message paradoxal (EDF et son logo « fleur pastorale », Veolia et son logo rond, harmonieux et rouge n’évoquant en rien l’eau ou la propreté…)

En fait, ces entreprises veulent en priorité ménager la chèvre et le chou. Résultat, elles font le plus souvent un choix insipide. Mais elles peuvent se le permettre. En suivant leur stratégie, vous perdez une occasion de projeter vos vraies valeurs et vos éléments de différenciation. Une approche indispensable si vous n’êtes pas un des leaders de votre marché. Conclusion : oubliez les multinationales et leurs recettes, soyez vous-même.

 

Catégories

Laissez un commentaire





Evénements

 

 

Offres de Multimediatique