Les trois pièges à éviter dans votre identité visuelle (partie 3)

Après la tentation d’imiter les grandes entreprises et celle de ne pas réfléchir suffisamment à vos objectifs, je vous propose de voir maintenant comment utiliser formes et couleurs pour retranscrire une émotion.

Piège N°3 : Ignorer ou mal comprendre les émotions produites par votre identité visuelle

Un logo ne constitue que la retranscription d’une émotion, et peut par conséquent prendre une infinité de formes possible. En revanche, il est impossible et contre-productif de vouloir faire passer 36 messages à la fois, ou de marier des contraires. La publicité UGC « Difficile de mettre toutes les émotions dans un seul film » le montrait bien. Bref, il faut faire des choix.

C’est pourquoi je vous conseille de garder à l’esprit les principes de couleurs et de formes exposés ci-dessous. Certaines couleurs n’iront par exemple jamais bien ensemble, de la même manière que certaines notes de musique ne feront jamais d’accords. Vous pouvez passer outre et choquer tout comme le fait la musique dodécaphonique, mais vous ne séduirez alors qu’une frange infime de votre cible.

Formes :

  • Les formes de type carré ou rectangle : structuré, organisation, architectural, institutionnel historique, traditionnel, empirique…
  • Les formes de type hexagone, octagone, etc : les sciences exactes, les maths, la biologie, la pharmacie, complexité…
  • Les formes de type losange : stabilité, ambition, institutionnel récent, puissance…
  • Les formes rondes et ovales : la douceur, l’harmonie, la plénitude, la santé, l’intégrité, l’empathie au monde…
  • Les formes libres courbes : la liberté, l’humain, la souplesse, le dynamisme, l’empathie aux autres

Couleurs :

  • Les couleurs sont des ondes et ont une température mesurable en degrés.
  • Il n’existe pas de bleu chaud ni de rouge froid. C’est un non-sens et personne ne peut réaliser ce tour de sorcellerie.
  • Les couleurs froides sont le bleu, le violet, le vert, le mauve et toutes les nuances proches
    Les couleurs chaudes sont le rouge, l’orange, le jaune et toutes les nuances proches
  • Les couleurs pastel peuvent être froides ou chaudes selon la dominante, l’impression de chaud et de froid étant seulement diminuée. Ainsi, dans un ciel d’été, ce n’est pas le ciel qui donne l’impression de chaleur, mais bien le soleil jaune. Au contraire, le ciel bleu tempère cette sensation. A contrario pour un coucher de soleil. C’est le rouge qui diminue la fraîcheur de la soirée et non le bleu nuit du ciel.
  • Les couleurs rabattues comme l’ocre ou le marron sont des couleurs rarement choisies car très ciblées terre, tradition…
  • Enfin, les camaïeux évoquent le partenariat, puisque toutes les couleurs impliquées sont liées par leur gamme spectrale.

 

Vous le voyez, derrière les émotions, il y a de nombreux principes techniques que nous autres non graphistes ne maîtrisons pas. Même si vous n’avez aucune compétence graphique, vous ressentirez forcément quelque chose en découvrant les propositions de votre graphiste. Méfiez-vous par conséquent de votre ressenti et de vos préjugés en la matière, car ils risquent de vous faire passer complètement à côté de votre objectif. Pour faire court, faites confiance aux professionnels.

Dans de prochaines parties, j’approfondirai précisément cette question de définition des objectifs et de démarche de sous-traitance. D’ici là, dites-moi où vous en êtes dans votre identité visuelle.

 

 

 

Laissez un commentaire





Evénements

 

 

Offres de Multimediatique