Allons-nous devoir nous mettre à TikTok ?

Vu le succès insolent du réseau social chinois depuis son lancement, il y a de quoi se poser la question. YouTube a d’ailleurs, après Instagram, senti le vent du boulet, et a réagi en lançant son propre format court. Pas sûr que cela suffise pour lui, mais le futur nous le dira.

Pour les jeunes, la question ne se pose pas. Ils continuent plus que jamais à plébisciter le roi de la vidéo courte. En revanche, du point de vue des entreprises, tout dépend. Je résumais le débat il y a quelque temps dans « Faut-il se lancer sur Tik Tok ? ». Depuis, sans surprise, la sociologie de ses utilisateurs a évolué. Après avoir ratissé les ados et préados, Tik Tok déborde joyeusement de la génération Z. Les plus de 24 ans représenteraient maintenant une bonne moitié de ses utilisateurs. Les quarantenaires à eux seuls constitueraient un peu plus de 20%, et les plus de 50 ans déjà plus de 10%.

Gonflé à bloc, Tik Tok ne ralentit pas le rythme pour autant, bien au contraire. ByteDance, son propriétaire, a les dents longues. Après les cadeaux virtuels aux influenceurs, l’éditeur compte plonger plus profondément ses mains dans les poches de fans en leur proposant d’acheter instantanément ce qui leur est présenté en vidéo.


Cap sur le e-commerce, donc, avec Amazon en ligne de mire. Un trop gros morceau ? On pourrait le penser au vu des résultats extrêmement décevants obtenus au Royaume-Uni, où même les plus gros influenceurs peinent terriblement à transformer leurs fans en clients. La ficelle de ce qui fonctionne parfaitement en Chine semble probablement un peu trop grosse en Occident, mais il faudra voir à l’usage.

Dans le même temps, Tik Tok commence à tirer la langue sur plusieurs sujets. L’appétit des éditeurs de musique s’est ainsi aiguisé face à ce gâteau grossissant à vue d’œil. Parallèlement, le marché publicitaire souffre avec la situation économique actuelle. En parallèle, ses dépenses opérationnelles atteignent des sommets. Enfin, le gouvernement américain, voyant la main du gouvernement chinois prendre un peu trop ses aises avec la confidentialité des données des utilisateurs, poursuit activement ses investigations. Moralité, il vaut mieux ne pas placer tous vos œufs dans ce panier, quand bien même vos clients se situeraient aussi dans le même cœur de cible.

Alors TikTok va-t-il tout avaler ? L’avenir le dira. Je doute cependant que Google et Meta, respectivement propriétaires de YouTube et Instagram, se laissent dévorer tout cru. Mais si mon développement passait par la génération Z, je ne me contenterais pas d’investir des ressources dans l’usage de TikTok. J’assurerais aussi mes arrières avec une présence sur l’un de ses concurrents directs. Voire les deux.


Fatigué de créer du contenu

d'actualité

... et de l'illustrer

  • Sites Web
  • Réseaux sociaux
  • Blogs
  • Newsletter

Ces articles peuvent vous intéresser aussi :


Vous avez aimé cet article? Partagez-le:

Envie de recevoir les recettes régime

présentées sur cette page ?

Abonnez-vous à notre newsletter

quotidienne

Retour en haut