Comment de simples liens Web peuvent vous coûter ou vous rapporter gros (2ème partie)

J’ai abordé il y a quelques temps dans un premier article les principaux effets négatifs que l’usage de liens pouvaient involontairement entrainer dans certains cas, et comment y remédier. Je vous propose d’enchaîner maintenant avec les aspects positifs des liens. En l’occurrence comment générer des ventes grâce à eux.

Au quotidien, nous en partageons une quantité non négligeable : dans nos emails, sur les réseaux sociaux, sur nos sites Web… C’est fort urbain de notre part, certes. Nous aimons tous rendre service à nos clients et prospects, mais qu’avons-nous à y gagner en procédant de cette façon ? Rien.

Dommage, car il n’en a pas toujours été ainsi. Rappelez-vous avant Internet. Vous tombiez sur un article (dans un magazine papier, donc) qui appuie la suggestion que vous venez de faire à un client. Ni une ni deux, nous nous empressions alors de photocopier l’article et de le transmettre avec un petit Postit disant quelque chose comme « Votre fédération confirme la très forte croissance de la demande attendue cette année dans votre secteur d’activité. Nous pouvons vous aider à mettre en place une offre adaptée en quelques jours à peine. Je suis à votre disposition pour vous présenter notre solution ».

Avec un lien, forcément, aucun appel à l’action du Postit ne peut pas être associé. Une fois que la personne a cliqué dessus, par définition, elle vous échappe. Il existe pourtant une catégorie d’outils extrêmement méconnus en France, et qui apportent pourtant une solution aussi élégante qu’efficace à ce problème.


Ils relèvent de la famille des raccourcisseurs de liens. Typiquement, vous fournissez une adresse Web kilométrique ou inquiétante (par exemple pvr.sdf-temp_ek7mp34promo-id4559833-onlinebet/fr/index.html ?promocode=bubuub-45%iq81scodpub-abo). Ça ne donne pas franchement envie de cliquer dessus. Eh bien un raccourcisseur de liens va lui donner un visage un peu plus humain, comme par exemple www.monsite.fr/opportunite.

Mais certains vont beaucoup plus loin en créant une nouvelle page qui contiendrait une vue sur la page de l’article, mais sur laquelle on superposerait un appel à l’action à notre convenance. Imaginons par exemple que je veuille inciter mes clients à faire un tour sur le salon du e-marketing. Plutôt que de publier https://www.emarketingparis.com/, je vais proposer https://liens.multimediatique.fr/emarketing. Attendez une dizaine de secondes, et regardez en bas à gauche. Oui, il s’agit de mon « Postit », superposé à la page de destination, et contenant l’appel à l’action de mon choix (bandeau pub, abonnement newsletter, chat, vidéo…). Naturellement, je ne touche pas à la page en question (ce serait techniquement très compliqué et surtout illégal), et je ne revendique pas sa paternité (ce serait moralement très discutable et probablement illégal aussi). J’obtiens tout bonnement la version hightech de mon article photocopié avec mon Postit par-dessus.

Concrètement, comment faire ? Il existe de nombreux services de ce type. J’ai personnellement une petite préférence pour Replug, que j’ai d’ailleurs utilisé dans mon exemple ci-dessus. Un autre excellent et développé en France, Switchy, va venir le concurrencer prochainement. Gardez un œil dessus. Mais si vous voulez vous faire la main sans risque, je vous conseille de tenter Sharest. Celui-ci propose en effet un abonnement gratuit qui mérite vraiment le déplacement.

Vous avez maintenant compris le principe. Ces outils vous apportent sans effort du trafic sans effort grâce à de simples liens. Adoptez-les, vous ne le regretterez pas.


Et si vos liens

vous rapportaient des ventes?

Quel que soit le support (Facebook, emailing, blog...), associez votre appel à l'action à n'importe quelle page du Web en quelques clics.


Ces articles peuvent vous intéresser aussi :


Vous avez aimé cet article? Partagez-le:

Catégories , ,

Envie de recevoir les recettes régime

présentées sur cette page ?

Abonnez-vous à notre newsletter

quotidienne

Retour haut de page