Attention à l’obsolescence non-programmée de vos outils

Le sujet de l’obsolescence programmée revient régulièrement sous la plume des journalistes : cartouches encore pleines mais considérées comme périmées par notre imprimante, produits connus pour durer à peine plus que la durée de garantie… Par contre, il existe une autre obsolescence sur laquelle beaucoup d’entreprises semblent bien moins regardantes, et qui finit pourtant par provoquer des situations catastrophiques.

Même si cette attitude compréhensible se retrouve un peu partout, elle reste plutôt une spécialité des petites structures. En effet, celles-ci ne gèrent généralement pas la durée de vie de leurs outils. On verra bien. En gros, pour des raisons évidentes de rentabilité, elles prolongent au maximum leur usage, improvisent des « rustines » en cas de pépin, jusqu’au jour où le bricolage ne suffit plus à remettre l’outil défectueux sur les rails, et qu’elles ne soient donc obligées de le remplacer complètement.

Cette stratégie à vue a toutefois un gros inconvénient : elle aboutit parfois au bout d’un moment à une dangereuse impasse. Considérons l’exemple représentatif d’un logiciel qui bénéficie chaque année d’une mise à jour majeure. Si vous faites l’impasse sur cette possibilité et que vous vous réveillez disons dix ans plus tard, il y a fort à parier que la v10 ne sera pas accessible aux possesseurs de la v1 à cause des trop nombreux changements apportés au fil des ans. Et aussi du fait que les clients fonctionnant ainsi représentent une infime minorité. Vous devrez donc tout reprendre de zéro, et croiser les doigts en espérant qu’il existe un moyen de transférer au moins partiellement les données de l’ancien système vers le nouveau.


Mais cela peut s’avérer bien pire. En voici un exemple bien concret. Une PMI entreprend au tout début des années 90 d’utiliser l’informatique, qui commence alors à se généraliser, pour modéliser et automatiser la conception de ses produits sur mesure. C’est encore un peu le Far West à l’époque, et en l’absence de solution toute faite, un de leurs techniciens féru d’informatique se propose de la développer.

Le programme DOS en question donne toute satisfaction pendant de nombreuses années, y compris après le passage à Windows. Et l’entreprise a néanmoins sagement décidé de conserver successivement son vieux Compaq sous DOS au cas. Cependant, à partir de Windows 7, fini la prise en charge des plus antiques applications DOS.

De plus, Microsoft a déclaré le décès de Windows XP en 2015. Plus de mises à jour, plus de correctifs de sécurité par conséquent. Et l’ultime PC sous Windows XP commence à accuser sérieusement le poids des ans. Du coup, l’entreprise sent alors le vent du boulet. Mais il est trop tard. Le brillant technicien est parti à la retraite depuis des années, figure aux abonnés absents. Et personne ne sait où se trouvent les fichiers sources du programme, ni même avec quoi le programme a été développé.

Il ne reste plus qu’à mettre en place une énième rustine : créer un environnement d’exécution virtuel avec un outil du type VMWare Workstation. Mais il leur sera donc impossible de faire évoluer le logiciel en quoi que ce soit ni de le porter sur un environnement récent.

Et vous, anticipez-vous la fin de vie de tous vos outils ?


Fatigué de créer du contenu

d'actualité

... et de l'illustrer

  • Sites Web
  • Réseaux sociaux
  • Blogs
  • Newsletter

Ces articles peuvent vous intéresser aussi :


Vous avez aimé cet article? Partagez-le:

Catégories ,

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Envie de recevoir les recettes régime

présentées sur cette page ?

Abonnez-vous à notre newsletter

quotidienne

Retour haut de page