ChatGPT pourrait-il disparaitre prochainement ?

La France a peur. Bon, d’accord, j’en fait un peu trop. Mais un certain nombre de faits pourraient nous amener à nous inquiéter un peu pour l’avenir du roi de l’intelligence artificielle, alors que ses utilisateurs réguliers dépassent gentiment les 100 millions.

Pour commencer, ces derniers commenceraient à plafonner. A voir sur la durée, ces rumeurs datant de l’été dernier. Car la période n’est pas favorable à ChatGPT. Surtout, l’expérience de ses utilisateurs s’améliore avec le temps, et va dans le sens d’un usage accru. Idem avec le nombre croissant d’outils et de services qui s’appuient dessus.

Plus pertinente, elle, la question de sa rentabilité a de quoi faire tourner la tête. Les frais de fonctionnement seuls se monteraient pour OpenAI, son éditeur, à pas moins de 700.000$ par jour, soit 255 millions annuels ! Mais parallèlement, Microsoft lui a glissé un petit chèque de 10 milliards dans la poche, ce qui devrait lui assurer une certaine tranquillité d’esprit pour un moment.

En fait, les vraies raisons de s’inquiéter sont plus récentes. Comme par exemple la suspension surprenante de l’ouverture de nouveaux comptes ChatGPT, qui laisse supposer des difficultés d’adaptation de ses infrastructures à sa croissance spectaculaire.


Pire, c’est la société qui s’est elle-même tiré une balle dans le pied, en virant son PDG emblématique, Sam Altman, pour communication inadaptée. Et probablement aussi pour des divergences de vues sur les questions de régulation de l’intelligence artificielle, ou encore sur la place de l’IA dans la société notamment. Ces péripéties ont entrainé de la part de Microsoft l’expression de son inquiétude et de sa contrariété. Car celui-ci compte bien transformer son investissement colossal en avantage concurrentiel décisif sur son moteur de recherche Bing, sa suite bureautique, et probablement le moindre de ses produits et services.

Après une tentative laborieuse de rétropédalage du conseil d’administration d’OpenAI un jour à peine après le licenciement, et la menace de centaines d’employés de démissionner, Microsoft a saisi la balle au bond et a annoncé l’embauche surprise de l’ex PDG. On sent que les têtes n’ont pas fini de tomber, et qu’OpenAI joue très gros. Mais quelques heures après, OpenAI a finalement informé du retour au bercail de l’enfant prodige au poste de PDG, avec parallèlement de gros changements dans le conseil d’administration. Mais qui sait, ce psychodrame pourrait encore nous réserver de nouveaux épisodes

Cependant, il y a trop d’argent sur la table pour que tout s’écroule. Que Microsoft bâtisse sa solution maison avec Sam Altman, qu’il continue à soutenir OpenAI, ou plus probablement qu’il fasse les deux, on imagine mal que tout cet écosystème s’écroule. Les utilisateurs finaux, clients ou adaptes de l’offre gratuite, ne devraient pas être impactés.

Enfin, dans le pire des cas, Sam Altman n’aurait aucun souci à trouver un point de chute avec ses meilleurs soutiens qui avaient mis leur démission dans la balance. Le mercato de l’IA commençait à tourner à plein régime. En l’espace de quelques jours, le conseil d’administration d’OpenAI avait ainsi déjà pris langue avec le PDG d’Anthropic (l’éditeur d’un des meilleurs concurrents d’OpenAI fondé par des anciens de ce dernier).

Vous pouvez vous remettre sereinement à Chat GPT, et lire avec profit « Rendez votre quotidien vraiment efficace avec ChatGPT » ou encore « Comment obtenir des résultats impressionnants avec ChatGPT ».


Fatigué de créer du contenu

d'actualité

... et de l'illustrer

  • Sites Web
  • Réseaux sociaux
  • Blogs
  • Newsletter

Vous avez aimé cet article? Partagez-le:

Envie de recevoir les recettes régime

présentées sur cette page ?

Abonnez-vous à notre newsletter

quotidienne

Retour en haut