Le PC est-il mort ?

Malgré plusieurs tentatives en quarante ans (dues à IBM, AMD et tant d’autres), la recette du PC n’a fondamentalement pas changé. Elle comprend encore un microprocesseur Intel x86 et un système d’exploitation Microsoft. Mais pour combien de temps ?

Car si Windows a su se réinventer régulièrement avec plus ou moins de bonheur, Intel est toujours à la peine depuis le désastreux Pentium 4 dans les années 90. Et la désertion d’Apple pour mitonner sa solution maison à base d’architecture ARM ne lui a pas fait du bien. Pire elle a donné l’idée à Microsoft de se débarrasser du boulet Intel en s’inspirant à la stratégie de la firme à la pomme.

Ce fut chose faite en 2019, dans une tentative en solo aussi courageuse que décevante : performances terriblement faiblardes, et absence d’applications natives pour le processeur SQ1 de Qualcomm. Mais la seconde tentative cette année pourrait bien être la bonne.

D’abord, les nouveaux processeurs Snapdragon X produisent apparemment des caractéristiques comparables à celles d’un Apple M3. Performances, consommation et dissipation thermique n’ont pas à rougir de la plateforme Mac.

De plus, Microsoft s’est associé cette fois ci aux principaux constructeurs de PC portables : Dell, Asus, HP, Lenovo, Acer… Plus besoin de vendre maison, voiture et enfants pour vous en offrir un. Les tarifs vont en effet de 1000 à 1400€. A tire de comparaison, un Carbon X1 Lenovo en processeur Intel généreusement optionné peut sans souci dépasser la barre des 4000€.


Sur le plan logiciel également, l’éditeur s’est assuré que les acheteurs puissent disposer d’emblée du minimum vital. Avec des versions natives ARM de Windows et de sa suite Office, naturellement, mais aussi Photoshop et Illustrator (moyennant finances, naturellement). De nombreux éditeurs sont actuellement à la tâche, comme par exemple Blackmagic pour Da vinci Resolve.

Tout n’est cependant pas rose. Ainsi, vu le foisonnement de logiciels existant aujourd’hui, beaucoup des petits éditeurs auront manifestement besoin de pas mal de temps pour proposer aussi une version ARM de leurs produits. Mais Microsoft a cette fois la parade. Car les performances de la nouvelle plateforme semblent enfin autoriser l’exécution à la volée d’applications x86 sans subir un quelconque coup de frein. Exception faite, bien entendu, des applications un peu trop système (antivirus, virtualisation). En revanche, à court terme, n’attendez pas de miracle en ce qui concerne les pilotes. Surtout pour des équipements un peu exotiques, comme notamment les appareils de calibrage de couleur d’écran.

Au-delà, j’attends personnellement la suite des aventures des PC ARM avec impatience. L’évolution des processeurs Qualcomm, mais surtout une inévitable version pour ordinateurs de bureau (et pourquoi pas serveurs un jour). Mais ne nous emballons pas, Rome ne s’est pas faite en un jour. Le fabricant ne communique pas pour l’instant sur le sujet.


Obtenez votre mini-site en moins de 48h

Ne perdez plus d'opportunités en lassant vos visiteurs avec des vitesses de chargement innacceptables

chateau sortant d'un smartphone

Vous avez aimé cet article? Partagez-le:

Catégories

Laisser un commentaire

Envie de recevoir les recettes régime

présentées sur cette page ?

Abonnez-vous à notre newsletter

quotidienne

Retour en haut