Faut-il sous-traiter le webmarketing ?

Cette question, la plupart des PME-TPE se la posent à juste titre. Mais si elles sont aujourd’hui presque toutes plus ou moins convaincues de l’intérêt d’obtenir une visibilité maximale en ligne, il y a loin de la coupe aux lèvres. En effet, elles ne disposent pas forcément des compétences requises ni du temps nécessaire pour assurer ces tâches. Par ailleurs, elles se sentent généralement intimidées par l’aspect technique, et tout simplement par la communication de manière générale, qu’elle soit numérique ou pas. De telles circonstances ne peuvent qu’amener à des choix délicats.

Trouver la solution reviendrait presque à résoudre la quadrature du cercle, à savoir assurer une tâche réclamant expérience, outils pertinents, et surtout un temps non négligeable, le tout pour un montant le plus réduit possible. Il existe plusieurs variantes de cette approche, dont aucune que je ne vous recommande. D’abord, le grand classique : le petit neveu « qui s’y connaît », le stagiaire qui découvre à peine le monde du travail et ne connaît rien de votre entreprise, ou encore la malheureuse secrétaire déjà noyée sous des montagnes d’autres missions. Si vous prenez votre communication et votre image de marque au sérieux, ne cherchez pas à vous débarrasser du mistigri à si bon compte, vous le regretteriez vite.



Mais beaucoup d’agences spécialisées ne valent pas beaucoup mieux. Tout spécialement celles qui vous proposent des « packages » création de contenu d’actualité pour un montant forfaitaire ridicule. Avec douze ans de journalisme au compteur, permettez-moi de vous dire que créer du contenu de qualité prend du temps et coûte cher. Soit votre temps, soit celui du prestataire. Mais il n’y a pas de miracle.

Si le montant proposé est ridicule, l’agence sous-traite elle-même, probablement à l’étranger, et auprès de gens qui ne connaissent rien à votre secteur d’activité, et encore moins à votre entreprise.  Et comment pourrait-il en être autrement, si vous ne les avez jamais vus et que vous n’échangez pas régulièrement avec eux ? Dans ce genre de circonstances, une bonne revue de presse de votre domaine est la meilleure chose que vous puissiez espérer obtenir avec de la chance.

Bon, si créer votre contenu en interne pose autant de problèmes que la sous-traitance, que faut-il faire ? Chaque cas est un cas unique, mais en fonction de vos goûts, contraintes et disponibilités, je vous conseille de combiner les deux approches :

1 – Concentrez-vous sur votre vraie valeur ajoutée. Assurer vous-même le contenu nécessitant le plus de réactivité et de connaissances de votre entreprise. Oui, tout le monde peut apprendre à écrire efficacement du contenu. La formation et l’accompagnement sont là pour ça.

2 – Sous-traitez seulement le reste, à savoir l’actualité froide, les trucs et astuces, les tutoriels, la veille de votre secteur professionnel… Nul besoin d’être vous, cela ne nécessite que de bonnes techniques d’écriture.

Plus globalement, indépendamment de la création de contenu et de l’animation de vos supports de communication, numérique ou pas, vous ne couperez pas aux incontournables impératifs de la prestation de service. J’entends par là consacrer du temps à informer votre prestataire sur ce que vous voulez et ne voulez pas. Et également lui fournir des « munitions » : l’informer de vos nouvelles offres, de votre stratégie, des principaux changements…

Vous avez des questions sur tout ce qui précède ? Ne soyez pas timide, posez-les-moi.


Fatigué de créer du contenu

d'actualité

... et de l'illustrer

  • Sites Web
  • Réseaux sociaux
  • Blogs
  • Newsletter

Ces articles peuvent vous intéresser aussi :


Vous avez aimé cet article? Partagez-le:

Catégories ,

Envie de recevoir les recettes régime

présentées sur cette page ?

Abonnez-vous à notre newsletter

quotidienne

Retour haut de page